2.15.2017

rc/ théorie et création, ce qui s'articule et comment (pour l'instant)








Commencer par poser ici quelques phrases de Lionel Ruffel, issues de "Brouhaha", qui esquisseraient une méthodologie pour l'écriture de la partie théorique :


"L’enjeu est de penser et d’écrire sur le contemporain sans reproduire des modes herméneutiques (linéarité, successivité, séquentialité) que le contemporain met en crise. 

Que puis-je en tant que théoricien de la littérature ?  M’intéresser aux rebuts, aux déchets, aux restes, à la surface des choses. Avoir une approche matérialiste de l’histoire littéraire et de ses objets. Renoncer à la continuité historique, favoriser les effets de discontinuité, les connections intempestives, pratiquer la connaissance par le montage. Être au plus près du surgissement du présent

Penser le contemporain, c’est en finir avec l’idée qu’il y a un objet à penser. Alors qu’il y a des réalités multiples à exposer."

J'ai posté dernièrement une carte mentale (n°3, extrait ci-dessus) spatialisant - à l'intérieur des trois axes depuis lesquels je veux parler de la notion de Déplacement dans la littérature contemporaine - mes lectures théoriques depuis cet automne. 
J'ai appelé cette carte : repères et outils herméneutiques car ces lectures posent des jalons à l'intérieur desquels inscrire ma réflexion.

=>L'importance du lieu géographique et du contexte, avec Bertrand Westphal et la pensée géocritique.

=>La notion d'expérience, d'empirisme et l'approche matérialiste, avec John Dewey
=>L'inspiration contextuelle : le déplacement comme processus de création, avec Paul   
    Ardenne ; et le livre comme expérience du réel, avec David Ruffel
=>Le rapport de la marche à la création,  avec Thierry Davila.
=>Le transport, le véhicule, le médium, avec Régis Debray et la médiologie.

J'aimerais maintenant commencer à rédiger des sections distinctes, flottantes en quelque sorte, qui viendront trouver attache dans un plan plus tard, quitte à être remodelées pour s'y couler (mais je ne trouve pas pour l'instant le temps de m'y plonger, j'en reparlerai donc plus tard).


Je continue par ailleurs à lire pas mal de textes : Chauvier, Ruben, Rolin, Bégout, Roubaud... pour faire exister un ensemble dans lequel je déterminerai plus tard un corpus. J'ai des lenteurs de lectures liées au fait que je commence à écrire mon propre texte, et qu'il est difficile à cette étape de lire d'autres auteurs. J'avance donc avec circonspection. 


Puis j'aimerais faire de cette première année de thèse, une année d'ouverture. Quitte à filer de grandes longueurs, à m'éparpiller même, avant de resserrer quoi que ce soit. Il me semble que c'est un gage de découvertes et que, si je ne le fais pas, j'irai malgré moi me caler dans ce que je connais déjà plus ou moins.





En ce qui concerne le volet création, 
j'ai entrepris un projet qui prend pour cible un territoire choisi, et pour moteur (machine ? incitateur ?) un déplacement géographique. Ce territoire et ce trajet ont pour but d'amorcer quelque chose, de provoquer un récit. De confronter une expérience à une écriture in situ. Ce trajet, appelons le voyage, a déjà commencé - en vertu du fait qu'un voyage commence à partir du moment où on l'imagine. L'écriture donc se penche déjà sur son motif, avance sans trop réfléchir, comme il me semble qu'il faille le faire. C'est pourquoi il n'est pas simple d'en parler. Le journal du déplacement à proprement parler, viendra s'insérer dans le récit entamé, le déformant très certainement.

Les formes d'écriture que je veux activer dans ce récit sont l'articulation d'une forme poétique et d'une forme documentaire et une façon de dire le lieu, sur place, dans la relation à l'expérience vécue, à partir des notations et des captations.


Je voudrais poser ici, sans qu'il soit à considérer comme un quelconque modèle - loin s'en faut - une découverte venue résonner terriblement avec mes propres recherches. Au moment où je prépare mon voyage, je découvre celui de Mark Baumer et il me fascine. Je ne peux pas m'empêcher de plonger dans son récit, "I am the road"par un travail de traduction, lent et de longue haleine (terrible paradoxe avec ce que je dis dans le paragraphe précédent sur les autres lectures). C'est en ce moment une façon, ma façon, de me "mettre en route", c'est-à-dire, au travail. 




>journal de la thèse, Recherche & Création littéraire, Université de Cergy-Pontoise, laboratoire AGORA, 2016 

2.06.2017

rc/ troisième carte : quelques repères (outils herméneutiques)



>journal de la thèse, Recherche & Création littéraire, Université de Cergy-Pontoise, laboratoire AGORA, 2016