11.30.2012

Power object



















Mon coeur est un boli. Power object
Hand made

Son âme en bois durci. Je l'enduis

De graisse, de pétales, d'eau trouvée dans une outre.
D'aubes : aubes claires et aubes brunes, parfois noires.

Son volume enfle, mon cœur est un objet augmenté. 
Je l'enduis de scories que je brûle sous la flamme en prononçant des mots magiques qui ne sont pas de moi mais d'autres. Et que je recopie tout autour avec un morceau de charbon taillé en pointe. Je l'enduis de cendres et de poudre d'émeri, de glaise où j'enfonce les doigts et c'est doux. 

Je l'enduis de choses végétales. De choses animales que je ne peux nommer.

Mon cœur est un boli on ne reconnaît pas toutes les matières dont il est fait. Et ça n'est pas fini. A chaque nouvelle cérémonie je recommence. Le prends entre les mains, le touche. Le lisse, le poli, l'égrène, le gratte, le frotte, le recouvre, le tapote, le caresse, le griffe, le plume, l'enveloppe, le contient moi.

Et ça n'est pas fini.




Carnet des départs - décembre
image : Boli, objet cultuel (Mali)

11.05.2012

Une apparition animale



















Traces dans le gras du rocher, dans la couche limoneuse, quelques lignes de doigts. Des griffures d'homme dans la paroi. Il s'enfonce. Traverse les bauges. Plus loin que les ours. Rampe. Plus près du corps de la terre. Avec une flammèche, s'éloigne vers : chaleur, silence et le bruit de son propre cœur.

Là où flottent les figures animales.

On dirait que chaque chose persiste par une grâce seule, un petit artifice, il faut pas trop toucher.
Aux forces majeures.
S'assurer (par l'empreinte) de leurs existences.


Il flotte en repartant. La voiture, à 120km heure. Fines peaux nos corps si fins. Nos enveloppes légères dans la vitesse de l’eau. Dans le courant du temps, le torrent de la route. Emportés, amincis, très légers, presque rien. Tu dis de faire attention Takae, à la mort si elle approche. Si elle tourne autour de nous. Nous retourne d’un seul coup. Tu dis tout va si vite Takae, d'un lieu à l'autre.

Les nuages ont fait tomber la nuit très tôt. 

Dans les phares je m'attends à
une apparition animale.






Carnet des départs - novembre
image : le Dieu Cornu ou Le Sorcier, grotte des Trois-Frères

11.02.2012

/ 2 novembre 2012 - avec Ana Nb

 son éclate d'un souffle clair  / Atareb la ville noire de feu 


souffle ciel souffle jour souffle jour souffle ciel souffle jour souffle jour  souffle souffle  ciel souffle jour souffle jour souffle ciel souffle souffle jour souffle souffle souffle ciel souffle jour souffle souffle souffle souffle étire le ciel  votre souffle  étire le jour  votre  souffle  étire le temps  votre souffle étire le ciel votre  souffle étire le jour  votre souffle étire le son sous vos pas le feu -  vous  marchez dans la ville noire de Atareb - sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas le feu sous vos pas - vous êtes Daunik Lazro saxophoniste vous improvisez - vous êtes Abou Abdou syrien  de la ville de Atareb


vous êtes Daunik Lazro saxophoniste vous n'avez pas de partition - sous votre souffle le son s'étire sous votre souffle la lumière s'étire sous votre souffle le jour s'étire sous votre souffle le son


vous êtes Abou Abdou de la ville de Atareb - vous marchez - vous marchez dans la ville de Atareb dans la ville noire de feu de Atareb vous marchez dans la ville noire de  feu  de Atareb


 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons



vous  êtes Daunik Lazro vous croisez un son un son   insistant d'un souffle vous croisez  d'un souffle lent un son continu vous croisez   d'un souffle bref un son rugueux vous croisez le son la trace d'un son l'écoulement d'un son sa place brutale se brise le souffle brûle votre palais votre trachée le son devient déchirure de sons le souffle écorche le son par saccades le souffle écorche le son écorche écorche écorche écorche écorche et le son


vous êtes   Abou Abdou vous marchez  vous marchez avec votre femme  vous marchez  avec vos trois enfants  vous marchez  loin de votre  maison loin de votre rue loin de votre quartier loin de votre ville  Atareb  - Atareb la ville noire de feu - vous marchez loin de


vous êtes Daunik Lazro de votre  souffle un son éclate un son tourne s'élève tourne encore encore s'élève  tourne encore s'élève la pointe du son s'évanouit  - du souffle un autre son éclate  - un autre son tourne


 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons
 du feu  du souffle des sons du feu  du souffle  des sons -



vous êtes Abou Abdou syrien de la ville de Atareb –  de la ville noire de feu Atareb vous portez quatre sacs de plastique -  vous traversez une ville puis une autre ville puis une  autre ville  puis une autre ville puis une autre ville puis une autre ville -puis-  vous arrivez près d'une autre frontière


(j'écoute ) - le souffle le son -  presque phrase et brisure le souffle le son - presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure presque phrase et brisure  - presque


vous marchez maintenant Abou Abdou sur  une terre aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés aux centaines d'oliviers déracinés – vous marchez maintenant sur un sol blanc


est – ce que - le son se brise est – ce que  - l'espace du son se brise - est - ce que - le souffle se brise – est – ce que - un son est brutal -  est - ce que -  un son est clair est- ce que - un son est sombre - est – ce que - un son a une face sombre est - ce que votre musique improvisée Daunik Lazro a un corps de lumière – est – ce que vous jouez du mystère de l'instant sonore – est - ce que votre souffle chasse les ténèbres - est ce que  - un son est une plainte -

Abou Abdou traverse maintenant le camp près d'une autre frontière  Abou Abdou  marche sur  le sol blanc du camp  Abou Abdou  trébuche  - Abou Abdou  marche hagard dans son corps de déplacé  - Abou Abdou marche dans un grand silence – le grand silence de Atareb la ville noire de feu


feux brûle traces souffle déplace son feu brûle gorge et voix feu brûle palais et trachée souffle pointe





 le son  de Daunik Lazro éclate d'un souffle clair


 Abou Abdou marche dans le grand silence  - Atareb la ville noire de feu


ana nb

Je connais Ana Nb par son jardin sauvage et ses effacements, deux lieux où j'aime me balader, lire ses petits blocs de textes cousus d'un tiret et d'espaces. De mots et d'air. Une justesse partout. Des images rares. Des lieux où je trouve ce que je cherche, même quand je ne sais pas ce que je cherche. J'ai souvent eu envie de donner réponse à Ana. Nous y voici, et comment démarrer ? Nous avons tâtonné à la recherche d’un terrain partagé, du jeu de l’écriture. Nous nous sommes découvert des sons en commun, ceux de Daunik Lazro. Et une idée de promenade : le fil de l’improvisation. C’était risqué, comme l’écriture, comme à chaque fois qu’on ne sait pas où l’on va. Mais de s’apercevoir qu’on arrive chacune quelque part, en ayant vagabondé ensemble, quel plaisir. Te remercier pour cette confiance, et ton texte Ana.




Liste des vases / Les vases chez Brigetoun

Tiers Livre et Scriptopolis sont à l'initiative d'un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… "Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.".

11.01.2012

La brume tombe vite



La brume tombe vite sur mon pays.



Je cherche un endroit où poser mon cœur. Traîner autour. Fainéanter. Dérouler les nœuds les nouées. Je marche dans un sentier, traverse un morceau de forêt. Ma lampe de poche mais, c’est le chemin du retour, l’heure glauque. La nuit tombe après chaque minute. J'ai peur de me perdre.

Je ne reconnais rien.

Je descends dans le trou. Il y a tout au fond des peintures préhistoriques auxquelles on a du mal à croire. Des griffures d’ours aussi. Mais il faut faire ce chemin de caverne dans le ventre de la terre pour voir.

Le poids de rocs, de terre, de forêts sur nos têtes.

Enfoncement, nous éloigne du ciel. Distance, de l'air. Couloirs en forme de trous de serrure.
Sinon : diverticules, boyaux - le vocabulaire des grottes est celui de l'intérieur des corps.

Soif du ciel. La durée au-dessous, y penser mais pas trop. A cause de la possibilité, même infime – à cause de l'infime possibilité que se détache (comme d’une branche) ce qui est de ce qui suit. Que se coupe du dehors le dedans. Que s’arrêtent les continuités.

Mais rien ne s'arrête.

Fête : retrouver la lumière, même parcimonieuse - quasi éteinte, de la forêt.


Carnet des départs - novembre